TISSAGE  
METIER A PEIGNE ENVERGEUR

Il existe plusieurs sortes de métier à tisser, ici, je vais vous parler du métier à peigne envergeur ou peigne rigide.
Il se nomme ainsi car, contrairement aux métiers classiques à cadres ou pédales, celui-ci reste d'une utilisation simple, les fils sont enfilés uniquement dans le peigne, celui-ci étant constitué de trous et d'espaces libres. C'est le déplacement du peigne en position haute ou basse qui va permettre de créer l'espace nécessaire au passage des fils de trame.
Je vais essayer d'être un peu plus clair. Tout d'abord, une photo du métier sera la bienvenue :
Au premier plan, il y a une barre ronde, appelée ensouple avant sur laquelle nous allons accrocher une baguette ronde où nous attacherons les fils. Cet ensemble permet d'enrouler le tissu créé afin de pouvoir continuer le tissage. Ensuite, au centre, le peigne avec le passage des fils :
Comme je vous le disais, le peigne est constitué de barres percées au centre d'un trou et d'espaces vides. Lorsque nous enfilons nos fils de chaîne (ceux qui vont restés fixes sur le métier et qui font la base sur laquelle nous allons nous appuyer pour tisser), nous allons faire passer un fil dans un trou, un fil dans un espace.
Le peigne a trois positions. Ici, il est en position neutre. Si les fils étaient enfilés, ils se retrouveraient à la même hauteur. Maintenant, imaginez que mes fils soient installés, si je soulève le peigne et que je le pose sur le cran du haut, il est en position haute et les fils dans les trous se retrouvent plus haut que les autres. Si, au contraire, je le descend au cran du bas, ce sont les fils dans les espaces libres qui vont se retrouver en haut. Ainsi, à chaque changement de position, je crée un espace (appelé foule) où je vais passer la navette avec le fil de trame, les fils sont ainsi, une fois dessus, une fois dessous et tranquillement le tissage prend forme.
L'avantage de ce peigne est de soulever tous les fils en même temps, ce qui demande peu de maniement, le travail se fait automatiquement. 
L'inconvénient, c'est que, dans l'état actuel, tous les fils se lèvent et se baissent ensemble, ce qui limite la quantité de point pouvant être effectués. Effectivement, vu ainsi, nous ne pouvons tisser que du point toile mais, à l'usage, je vous montrerai qu'il est possible de faire beaucoup de points différents, soit en manoeuvrant les fils de chaînes, soit en équipant le métier d'un deuxième peigne, soit en utilisant un pick-up stick, baguette spéciale qui permet de faire un tri dans les fils de chaîne ou de trame afin de les détacherdu tissage de fond pour créer un effet de flotté. Mais, je vous expliquerai cela plus en détail lors des réalisations, ce sera plus clair et surtout plus simple à comprendre.
En reprenant la photo du métier, vous voyez que celui-ci se termine par un ensemble barre ronde (ensouple arrière) avec, là aussi, une baguette ronde sur laquelle vont se fixer les fils et que nous allons enrouler autour de l'ensouple arrière pour tendre notre chaîne et que nous libérerons au fur et à mesure de l'avancé de notre tissage.
 
Normalement,  vous devriez trouver une vidéo sur "you tube" qui vous montre comment assembler le métier.  J'ai seulement acheté le plus large parmi les modèles proposés, celui qui fait 80cm de large. Car, comme on dit, "qui peut le plus, peut le moins", aussi, j'ai pensé que, sur le plus large, je pouvais tisser plus de largeurs différentes, ce qui n'est pas le cas pour le plus petit.

J'espère que ce petit compte-rendu sur les métiers à peigne envergeur vous permettra de réaliser un rêve de tissage que vous n'auriez peut-être pas cru possible sans ce style de matériel. Ce fût mon cas et, si le temps passé ici, en votre compagnie, peut vous éclairer un peu, je serai ravie d'avoir pu vous aider :)))
N'hésitez pas à me contacter, via la touche contact ou via le blog, je me ferai une joie de vous répondre :)