REVES DE FIBRES


PREPARATION DES FIBRES

Comme vous l'avez vu précédemment, je travaille souvent directement avec une toison. La première fois que j'en ai eu une, entre les mains, je vous dis pas ma tête !!! en effet, les ayant toujours vu "sur pattes", je savais pas trop par où la prendre. 
Des spécialistes vous expliqueront mieux que moi comment étendre une toison et comment la trier.
La première que j'ai eu, un tondeur me l'a apportée, la brebis avait sauté dans le ruisseau juste avant, c'était pas très appétissant, dégoulinant et bien odorant :)

Depuis, j'ai eu pas mal de toisons entre les mains, principalement de l'alpaga et de la brebis. Bien sûr, j'ai aussi le poil de mes lapins et, de temps en temps des poils de chien "shetland".

Je vais tenter de vous expliquer comment je m'y prend, comme pour le reste, mes techniques ne valent que pour ce qu'elles sont, je ne fonctionne pas de manière très orthodoxe mais, je suis à l'aise avec ma manière de faire, pour moi, c'est l'essentiel.

Dans la page précédente, vous avez vu comment je traite les toisons à leur arrivée. Maintenant, je vous montre une toison d'alpaga :

Là, elle est "brute de pomme" comme on dit, je l'ai pas encore triée. Je vais donc faire un premier tri en retirant le plus sale et ce qui ne peut être filé ou même écharpillé car, trop paillé.
(J'ai mis la boîte d'oeuf sur le devant pour vous donner une idée de la taille de cette "petite" merveille)

Là, la quantité a "un peu" diminué mais, il y a encore de quoi faire.
Lorsque je reprend un sac de toison de brebis tel qu'expliqué dans la page d'avant, j'en suis à cette étape là.
En effet, l'alpaga n'ayant pas de suint, il n'est pas nécessaire de la laver avant de procéder à l'écharpillage.
En fait, j'emploie ce mot depuis un bon moment, il est bien temps de vous expliquer de quoi il retourne :)
Les animaux aimant particulièrement se rouler dans la paille et dans la poussière et, dormant à même le sol, leur laine est pleine de débris de paille, de foin, d'insectes ..... bien sûr, il n'est pas question de la filer en l'état :)
La premier toison, comme je n'étais pas équipée, je l'ai faite à la main. C'était de l'alpaga et j'ai bien passé une soixantaine d'heures à retirer tous les débris (enfin tous, le maximum car, il en reste tout le temps).
J'ai cru devenir folle en voyant le tas de toisons que j'avais à faire.
Maintenant, j'ai trouvé du matériel et surtout, en prenant du recul et de l'expérience, j'ai mis en place ma manière de faire :)
Déjà, je ne fais pas toute la toison d'un coup mais, en fonction de mes besoins (ouf !!!) et puis, soit je papote avec une copine et du coup, je le fais à la main pour ne pas perdre de temps, soit j'utilise un teasing tool :

c'est cet outil, à droite sur la photo, à côté, c'est un flicker, un peigne qui permet de brosser les fibres.
Leur utilisation est toute simple, il faut bien fixer la plaque sur la table, et, ensuite :

je pose dessus de la laine emmêlée et pleine de débris (ici, c'est de la brebis)

et, je brosse avec le flicker.
L'image est un peu flou mais, c'est normal, je brossais et prenais la photo en même temps, pas très pratique !!!

après le brossage, la plupart des débris sont tombés et, les fibres sont alignées. Il suffit de les retirer de la plaque et de les mettre de côté pour le passage à la cardeuse.
C'est pas forcément évident à voir avec les photos, voici une vue de laine de brebis jaune, vous verrez sans doute mieux :

à gauche, bien brossée et, presque propre, à droite, avant le passage au teasing tool.
Je pourrais la filer directement mais, je préfère la passer à la cardeuse ensuite car, si je désire obtenir un beau fil, le travail de préparation est primordial.