REVES DE FIBRES

MONTAGE D'UNE CHAINE SUR UN METIER A TISSER

Sur la page précédente, je vous indiquais comment je faisais pour ourdir les fils de chaîne pour un tissage.
Voici maintenant le moment de vous expliquer comment j'installe ces fils sur mon métier à tisser à cadres et pédales.
Cette manière de faire peu paraître un peu plus longue que celle qui consiste à attacher les fils directement sur l'ensouple arrière.
Pourtant, je la trouve bien plus simple à mettre en pratique et, plus facile à gérer parmis toutes les occupations journalières que nous pouvons avoir.
J'éprouve bien plus de plaisir à monter ma chaîne en pratiquant ainsi car, je peux m'interrompre à tout moment sans perdre le fil et sans risque de catastrophe. En plus, cette méthode permet de travailler seule et donc, n'oblige pas à faire intervenir une autre personne pour aider à tendre les fils. Ce qui me semble bien pratique lorsque l'on veut être indépendant dans son travail et, de plus, il n'est pas toujours évident d'avoir une tierce personne sous la main au moment voulu :)

Alors, une fois tous les écheveaux ourdis, il va s'agir de venir les installer sur le métier :)
1ère étape : Aprés avoir poser les écheveaux sur l'ensouple arrière, dans l'ordre d'enfilage (attention, on débute l'enfilage par le côté des écheveaux où il n'y a pas d'encroix), il va falloir calculer combien de lisses sont nécessaire sur chaque cadre, les positionner et retirer toutes celles qui ne sont pas utiles. Pour cela, il faut s'aider du schéma d'enfilage et voir, en fonction du nombre de fil.

Puis, tout en respectant bien l'ordre et en travaillant écheveaux par écheveaux, il va falloir enfiler les lisses en suivant le schéma d'enfilage qui a été choisi lors de la conception de l'ouvrage.
Ici, j'ai donc des écheveaux de 10 fils, de quatre couleurs.
Je vais commencer par enfiler dans les lisses, j'aime à débuter par la gauche, libre à vous de partir de droite ou de gauche, l'important, c'est de suivre le schéma d'enfilage et de faire bien attention à ne pas sauter de lisses et à ne pas se mélanger dans l'ordre des cadres.
A chaque fois qu'une portée de fils de l'enfilage est faite, j'attache ces derniers de l'autre côté des lisses afin d'éviter qu'ils ne se défassent.

dans cet exemple, je faisais un enfilage "été-hiver" : 1424 (5fois)-1323(5fois). J'ai donc noué mes fils par 4 ainsi, cela me fait un point de repère supplémentaire si je dois m'interrompre.
Pour l'instant, je n'enfile que les lisses, et, une fois tous les fils installés, cela me donne ceci :

l'étape d'après, c'est le passage en peigne.
Après avoir installé le peigne qui va être utilisé pour le tissage, je vais reprendre mes petits paquets de 4 fils et, je vais les faire passer dans les dents du peigne en faisant bien attention à ne pas en sauter une.
Suivant l'ouvrage, on peut débuter par les côtés (mais, il faut bien compter les dents du peigne) ou par le milieu (ce qui est souvent plus simple, surtout dans ce cas précis où les couleurs différencient bien les groupes de fils).
Comme pour l'enfilage des lisses, je pratique par 4 fils et je refais un petit attachage de l'autre côté du peigne :

voici la manière dont j'attache

maintenant, il va s'agir d'attacher les fils sur le verdillon avant (vous savez, cette petite baguette en fer (du moins le plus souvent) et qui est reliée à l'ensouple avant :) ).
Là, idem, par groupe de 4 fils, avec un noeud de tisserand

Arrivée là, une bonne partie du travail est faite.
Et, il va être important de prévoir un certain laps de temps sans être dérangé car, maintenant, on va défaire les écheveaux tout doucement, petit à petit, et enrouler l'ensouple avant.
Pour cela, je défais quelques boucles de la chaînette de l'écheveau, je pose celui-ci sur l'ensouple arrière et, tout doucement, je reviens devant le métier et je commence à enrouler l'ensouple avant.
Bien sûr, il va y avoir des fils qui vont avoir tendance à s'emmêler un peu, c'est pas bien grave, il suffit d'interrompre l'enroulage et de venir les séparer, doucement. C'est souvent à l'arrière des lisses que cela se produit. Il est important aussi de bien positionner ces dernières.
Ainsi, en pratiquant doucement, toute la longueur de fil va se retrouver sur l'ensouple avant.

Toute ???? non, car, lors du positionnement des fils sur le métier, nous n'allons pas forcément retrouver le même ordre que sur l'ourdissoir. C'est une des raison pour laquelle il faut prévoir une plus longue chaîne. Voyez que la fin des écheveaux, à l'arrière du métier, n'est pas identique pour chacun :

Ce n'est pas bien grave.
Arrivé à cette étape, je prend un point de repère, par exemple la barre arrière du peigne et, je coupe les fils pour qu'ils aient la même longueur.
Puis, tout tranquillement, je fais l'attachage sur le verdillon arrière, comme je l'ai fait sur celui de l'ensouple avant.
Ensuite, je vais tout simplement enrouler la chaîne sur l'ensouple arrière, sans geste brusque et, en faisant bien attention que tous les fils suivent bien gentiment :)

sur la photo, vous voyez les fils attachés sur le verdillon arrière, juste avant que je ne commence à enrouler sur l'ensouple arrière.
Une fois la chaîne installée à l'arrière du métier, il va falloir faire quelques derniers ajustements.
Là, je refais l'attachage sur l'ensouple avant et j'en profite pour peaufiner le réglage de la tension de la chaîne.
C'est aussi à ce moment-là que je peux voir si toutes les dents du peigne sont bien prises, si toutes les lisses sont dans le bon ordre d'enfilage et aussi, si je n'ai pas deux fils qui se croisent entre les lisses et le peigne, comme ceci :

parce qu'alors, là, je vous raconte pas la cata lors du tissage ;)
Dans ce cas, je détache les deux fils concernaient de l'ensouple avant, et, je refais l'enfilage du peigne en respectant l'ordre.
Ensuite, la chaîne est prête, il n'y a plus qu'à débuter le tissage de la trame et à voir l'ouvrage évoluer :)

Souvent, les personnes pratiquant le tissage considèrent le montage de la chaîne comme une corvée.
Avant d'avoir appris cette technique avec une amie (que je remercie au passage ;) ), je dois avouer que j'avais bien de l'appréhension quand je devais le faire.
Maintenant, même si cette méthode peut paraître un peu longue, j'aime à monter la chaîne sur mon métier, je trouve que, dès que je commence à concevoir mon projet, je suis déjà en train de tisser et, le montage de la chaîne est une partie très importante du tissage.
Une chaîne bien installée contribue très fortement au plaisir de tisser :)
Je pense qu'en considérant que votre tissage débute dès lors que vous commencez la mise en place de votre projet, vous vous sentirez plus à l'aise avec les premières étapes d'installation sur le métier.
L'action de tisser n'est pas seulement celle de jouer avec le tissage de la trame mais, elle est l'ensemble des actions à mettre en oeuvre pour que l'ouvrage fini ressemble à une belle création et que sa réalisation soit un plaisir du début à la fin :)
Je vous souhaite beaucoup de plaisirs dans vos créations :)



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement