REVES DE FIBRES

TEINTURE PAR FERMENTATION

Parmi toutes les possibilités qui existent pour teindre les fibres, il en existe une que j'affectionne tout particulièrement, la teinture par fermentation.
J'ai déjà fait des essais en teinture végétale que j'aime beaucoup utilisé et, tout naturellement, je suis venue vers une autre pratique utilisant les végétaux, la fermentation.

La difficulté fût de trouver une technique car, les rares personnes qui l'utilisent encore de nos jours donnent l'impression de vouloir garder précieusement les informations d'utilisation.

Aussi, lorsque j'eu la chance de trouver d'anciens articles traitant du sujet, je me suis empressée d'expérimenter. Mes essais portant leur fruit, je vous indique, ci-dessous, ma manière de faire.
Il existe, certainement, d'autres façons de procéder, celle-ci est celle que je pratique, elle s'enrichira au fur et à mesure de mes découvertes.

En attendant, voici mes débuts :
matériel nécessaire :
- Énormément de récipients, en plastique ou en verre, avec un couvercle et, pouvant recevoir la lumière.
J'utilise des seaux style récipients de farine (pour ceux qui font leur pain) et aussi, des bocaux de 2 litres de stérilisation.  

- des torchons (bien sûr ;) )

- une marmite

- du papier PH (souvent vendu en pharmacie)

- quelques petits carrés d'étamine (pour faire des sachets de cendre)

- de la chaleur et du soleil.


PREMIÈRE ÉTAPE :
Après avoir choisi la matière que vous voulez utiliser (feuilles, fleurs, branchettes, racines....), il est nécessaire de la couper en petits morceaux et de la mettre dans un récipient, à fermeture étanche, recouvert d'eau (j'utilise de l'eau de pluie). Il vaut mieux laisser un peu d'espace avec le haut afin que les gazes résultants de la fermentation aient un peu de place.

Laisser le tout à la chaleur et au soleil, tout en veillant à remuer au moins une fois par jour afin de laisser les gazes s'échapper.

Vous allez voir des bulles se former rapidement, c'est bon signe.

Au bout de quelques jours, très peu s'il fait bien chaud et que le soleil domine, tester l'acidité de votre bain avec le papier PH. Celui-ci doit être en dessous de 7. 

Si le PH reste trop élevé et qu'il n'y ai presque plus de bulles, il vaut mieux passer à l'étape suivante car, il y a toujours risque de moisissures, auquel cas, tout serait à jeter. 

DEUXIÈME ÉTAPE :
Il faut maintenant un deuxième récipient afin de préparer le bain alcalin. 

En premier lieu, il convient de filtrer le bain de fermentation puis :

Verser la moitié du jus obtenu dans ce second récipient, et, y mettre des cendres de bois (pour cela, je verse un peu de cendres dans un petit morceau d'étamine, j'enlève les gros morceaux ou les petits bouts de fer s'il y en a et, je referme le tout avec une ficelle) afin d'alcaliniser la préparation.
Puis fermer le seau et, le mettre au soleil.

Prendre ensuite le jus restant dans le premier seau, y mettre de la laine (ou autres fibres) à tremper. 
Penser à vérifier le taux d'acidité, si le PH reste trop prés du neutre (PH7), verser un tout petit peu de vinaigre (ou de jus de citron) dans le bain et revérifier.
Ne pas hésiter à rajouter de l'eau afin que la laine soit bien couverte.

Il ne reste plus qu'à laisser ces deux pots au soleil durant une huitaine ou une quinzaine de jours, tout en aérant et en remuant tous les jours, au moins une fois.

TROISIÈME ÉTAPE :
Lorsque tout semble près, il convient de sortir la laine de son bain, de l'essorer et de la mettre dans le bain alcalin (dont on aura retirer les cendres et vérifier le PH. En général, il est proche de 10).

Mettre ensuite le pot dans une marmite dans laquelle on verse de l'eau et, porter le tout à une température d'environ 40° et cela, durant une demi-heure.  

Laisser refroidir dedans puis, sortir la laine, l'essorer et la mettre à sécher au soleil, afin que la couleur s'imprègne bien. Souvent la laine semble un peu poisseuse, c'est normal, le rinçage se fera un peu plus tard.

Lorsqu'elle est sèche, la rincer et la remettre à sécher.

Si vous désirez une couleur plus soutenue, vous pouvez refaire le bain d'alcalin et même, reprendre le tout depuis le début, plus il y aura de bains, plus la couleur sera forte.

C'est une technique très simple même si, au vue de toutes les étapes, elle peut paraître complexe au départ, il suffit de suivre la procédure pas-à-pas et, vous verrez que tout ce fait sans souci.

Si vous le désirez, vous pouvez aller voir les articles du blog où je partage mes expérimentations.

En fait, la partie la plus difficile est d'éviter les moisissures. Ensuite, tout peut être bon à tester. Vous pouvez me faire part de vos expériences et de vos questions avec le formulaire contact (en page d'accueil), mes essais sont tous à suivre sur le blog, catégorie "teinture végétale".

Ce qui est intéressant, c'est de voir comment la couleur change d'une étape à l'autre, comment elle évolue du bain acide au bain alcalin. 
C'est là que l'on s'aperçoit que l'on travaille vraiment avec du "vivant" :)



 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement