REVES DE FIBRES 

LE DEBUT DU TISSAGE

Maintenant que nous avons vu comment calculer la longueur de fil nécessaire et que nous avons monté notre première chaîne, nous allons aborder le tissage à proprement parler.
Comme matériel, il vous faut donc votre métier avec la chaîne installée et, une ou plusieurs navettes sur laquelle vous allez enrouler votre fil pour pouvoir le passer dans l'espace créé.
ainsi qu'un (ou plusieurs) rectangle en carton un peu fort qui vont servir à créer un espace avant le début du tissage, à proprement parler, afin que celui-ci soit un peu plus régulier.
Ici, je me sers de petits cartons en papier fort d'une largeur d'environ 14cm et dont la longueur dépasse un peu la largeur de la chaîne.
J'aime aussi tisser quelques rangs en coton en début et en fin de travail afin de faire des finitions propres, cela si je compte faire un ourlet. Sinon, je débute directement avec le fil.

En premier lieu, il faut installer les cartonnettes. Pour cela, nous allons mettre le peigne en position haute :
ce qui aura pour effet de séparer nos fils, créant un espace où nous allons insérer les cartonnettes. Ensuite, nous les faisons glisser vers nous, au tout début des fils de tissage. Puis, nous allons commencer à tisser.
Prenant la navette garnie, et, après avoir dévidé un peu de fil, nous allons la passer dans l'espace créé, la ressortir de l'autre côté et tendre très légèrement le fil en le ramenant vers le bord du carton.
Puis, nous mettons le peigne en position basse :
vous pouvez remarquer que là, la position des fils de chaîne a changé. Ensuite, passage de la navette et, tout en mettant le fil en arc de cercle afin de lui donner la marge nécessaire pour pouvoir passer au-dessus et au-dessous des fils de chaîne, nous ne tirons pas trop dessus. Puis, en prenant le peigne avec nos deux mains, nous allons "battre la foule", c'est à dire, tasser le fil contre le précèdent avec le peigne.
Après avoir remis celui-ci en position haute, nous vérifions que les lisières sont bien régulières, ni trop tirées, ni formant des boucles trop lâches.
Sur cette photo, vous pouvez voir les cartonnettes (en blanc) et le début du tissage avec la navette.
ici, vous voyez le passage de la navette.

Vous pouvez remarquer un tiret sur le peigne. En effet, j'ai noté le milieu de chaque peigne et ensuite, j'ai fait une marque toutes les 10 dents afin d'avoir un point de repère lorsque je monte la chaîne. A l'usage, cela s'avère très utile.

Après avoir tissé quelques rangs, je met mon peigne en position neutre (centrale), tous mes fils de chaîne sont au même niveau, j'enlève les cartonnettes et, je vais faire un point pour arrêter le travail. Ceci afin que, lorsque je vais tomber le tissu du métier, je ne me retrouve pas avec des premiers rangs qui se défont.
je fais une sorte de point arrière en enfermant deux fils de chaîne et deux fils de trame (sans trop tirer bien sûr).
Cela fait une finition propre.
Lorsque nous aurons tissé une certaine hauteur, il suffira de dérouler un peu l'ensouple arrière pour détendre la chaîne et d'enrouler l'ensouple avant, avec le tissu créé, afin de la retendre pour pouvoir continuer.

Il ne reste plus qu'à tisser jusqu'à la hauteur souhaitée puis, à refaire quelques rangs en coton si c'est ce que nous avons choisi, sinon, aller jusqu'au bout avec le fil de travail puis, faire une couture similaire pour arrêter celui-ci avant de couper les fils de chaîne et de dérouler le tissu que nous avons enroulé sur l'ensouple avant en cours de travail.

Avant de vous laisser faire vos premières expériences, je vous indique une ou deux astuces pour vous faciliter le tissage :
lorsque la navette arrive en fin de course, il va falloir faire un raccord. Pour cela, rien de plus simple, passer la navette avec le fil qui se termine, repasser la navette avec le nouveau fil en les faisant se juxtaposer :
comme ceci. Puis, en tassant avec le peigne, veiller à ce que les fils restent bien côte à côte. En continuant à tisser, cela se noie dans le tissu et reste invisible. Bien entendu, il est important de veiller à ne pas faire tous les raccords au même endroit afin de ne pas avoir une partie du tissu plus grosse que l'autre.
Voyez, une fois tassé, cela n'apparaît presque pas. Après quelques rangs, il n'y paraîtra plus.

Une autre astuce, consiste à mettre en place des fils de repère sur une des lisières afin de compter ses rangs, cela si vous avez plusieurs pièces identiques à tisser car, par expérience, je peux vous dire que l'on oublie souvent le compte. En mettant des repères tous les 20 rangs, par exemple, il est plus facile de s'y retrouver.
C'est tout simple mais, cela facilite grandement la vie. Surtout que, utilisant du fil filé main, la régularité n'est pas la même qu'avec un fil du commerce aussi, il me faut mesurer chaque espace entre les fils pour vérifier que j'ai bien la même longueur d'une pièce à l'autre. 
Je vous montrerai cela, dans le blog, lorsque je mettrai un article sur la réalisation de la veste que je suis en train de tisser.

Après avoir bien travaillé, voici le moment tant attendu, la fin du tissu.
Tout beau, tout propre, il ne reste plus qu'à couper les fils de chaîne, à dérouler le tissu mis sur l'ensouple avant en cours de travail et, à apprécier son oeuvre ;)))

Juste une dernière chose, lorsque vous stoppez votre ouvrage, en cours de route, ou que vous voulez libérer des fils de chaîne, pensez à mettre le peigne en position neutre.



 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement